Sélectionner une page

Changer de vie et se reconvertir est le rêve de beaucoup de français. L’un des domaines qui plaît beaucoup est la décoration d’intérieur. Grâce au développement de nombreuses émissions de télévision sur l’immobilier, ce métier est devenu à la mode et très apprécié. En effet, se sentir bien chez soi est primordial. Ainsi, entreprendre une reconversion professionnelle pour devenir décorateur d’intérieur fait rêver beaucoup de gens. Voyons les grandes étapes.

C’est quoi un décorateur d’intérieur ?

Le décorateur d’intérieur peut être embauché par des particuliers ou des professionnels pour de nombreuses tâches différentes. Il peut s’agir simplement de redécorer et réagencer votre salon ou votre cuisine, ou même toute votre maison ! Le décorateur doit avoir de nombreuses compétences telles que :

  • Connaître les différentes tendances et les modes actuelles,
  • Être toujours au courant des derniers mobiliers et accessoires mis sur le marché afin de réussir à assortir des meubles modernes avec un carrelage ancien par exemple,
  • Avoir une créativité à toute épreuve,
  • Connaître la conception de l’habitat : par exemple créer une salle de bain à un endroit sans évacuation d’eau est une erreur,
  • Être force de proposition,
  • Et bien d’autres encore…

Il doit pouvoir jongler à la fois entre les différentes contraintes techniques provenant du logement, le budget et les envies fixés par les habitants, mais aussi sa propre expertise.

Ainsi le décorateur d’intérieur peut-être amené à travailler avec différents corps de métier, que ce soit des architectes ou encore tous les types d’artisans.

Enfin, en général, le décorateur d’intérieur est à son compte. Un peu de rigueur est donc de mise pour gérer sa comptabilité, ses devis et les différentes formalités administratives.

Comment se passe un projet ?

Un projet de décoration d’intérieur va se dérouler en plusieurs phases. Il y a tout d’abord la visite préalable pendant laquelle les habitants et le décorateur d’intérieur font connaissance.  Ils vont ainsi parler du projet et des différentes options qui s’offrent à eux, leurs envies et ce qu’ils envisagent ainsi que le budget pour les travaux éventuels. Grâce à cette rencontre préalable le décorateur d’intérieur va pouvoir réaliser un devis.

À l’acceptation du devis, le décorateur lance sa prestation et va établir un avant-projet (ou APS pour avant-projet sommaire). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un projet non finalisé que le décorateur va faire valider par les propriétaires afin de donner le bon axe de travail pour la suite.

Une fois l’avant-projet sommaire validé, le décorateur d’intérieur peut se lancer sur le projet plus définitif, il s’agit de l’APD (avant-projet définitif).

La plupart du temps celui-ci remet un dossier complet aux habitants mais bien évidemment tout dépend de ce qui est compris dans la prestation devisée.

Comment devenir décorateur d’intérieur ?

Le métier de décorateur d’intérieur n’est pas réglementé. Cela veut dire que vous n’avez pas besoin de diplôme pour exercer (et n’êtes donc pas obligé de passer par une case formation).

Cependant, à moins de connaître toutes les ficelles du métier nous vous conseillons tout de même, à minima, une formation légère pour obtenir les bases sur le déroulement d’un projet.

Il existe de nombreux types de formations : de la plus light (seulement quelques heures), à la plus complète qui vous permettra en général d’obtenir un diplôme (plusieurs années). Le choix de votre formation est donc primordial car suivant le nombre d’heures de cours, votre quotidien personnel et professionnel sera fortement impacté.

Ainsi, plusieurs solutions s’offrent à vous pour devenir décorateur d’intérieur.

Se lancer en parallèle de son emploi

Vous pouvez vous lancer en parallèle de votre emploi dans un premier temps. Cette option nécessitera une bonne organisation car il vous faudra jongler entre votre emploi en CDI et votre emploi d’indépendant. Cependant, elle a l’avantage de pouvoir vous mettre le pied à l’étrier pour, dans un premier temps, valider le fait que ce métier vous intéresse. Puis par la suite pouvoir quitter sereinement votre emploi (avec une notoriété naissante et quelques clients).

À moins d’être fonctionnaire, vous pourrez créer une micro-entreprise en parallèle de votre emploi. Les démarches pour la création de ce genre d’entreprise sont largement facilitées et se font en ligne.

Demander un congé sabbatique

En fonction de la formation que vous aurez choisie, vous aurez besoin de plus temps disponible pour apprendre. Si vous n’arrivez pas à travailler seulement les weekends ou le soir en rentrant, vous pouvez voir avec votre employeur pour demander un congé sabbatique. Attention car pendant cette période vous ne serez pas payé. Nous vous recommandons donc de bien anticiper les choses.

Réaliser une rupture conventionnelle

La dernière solution est de demander à votre employeur de réaliser une rupture conventionnelle. Cette solution est la plus confortable car si vous avez assez cotisé vous pourrez bénéficier du chômage pendant 2 ans. Vous pourrez donc attaquer sereinement une reconversion sans vous soucier des finances.

Un point de vigilance tout de même, 2 ans peuvent sembler très long mais cela peut passer très vite. D’autant plus si vous avez tendance à la procrastination.